RUFENACHT Pierre (1924 - ?)   FAFL            SAS Parachutistes

Copyright Marianne Binet

Nos remerciements à  : Madame Marianne Binet et Monsieur Antoine Rufenacht.  Ainsi qu'à David Portier (Afpsas) et Anthony Le Brazidec

Pierre RUFENACHT est né au Havre le 22 juin 1924.

Il poursuit ses études au Lycée de garçons (François 1er) en classe de seconde avant d'être scolarisé en 1941-1942, à Toulouse, à 40 kilomètres du village où s’étaient réfugiés ses grands-parents maternels au moment de l’exode et où il venait passer ses jours de congé.

 

Dans cette famille très anglophile où l’on parlait indifféremment l’anglais et le français, on écoutait l’émission de Radio Londres « Les Français parlent aux Français » ;  mais nul n’avait été averti de son projet avant de recevoir un télégramme de ce garçon un peu provocateur et doté d’une solide sens de l’humour, ainsi rédigé : « Me suis engagé dans la LVF ».

 

Le 18 décembre 1942, Pierre part en camion de la gare routière de Toulouse vers Perpignan, puis Sorède. Il franchit les Pyrénées puis, avec l’aide d’un passeur, la frontière espagnole après une quinzaine d’heures de marche, mais il est arrêté par la police, le 20 décembre, alors qu’il tente de gagner Barcelone.

 

Emprisonné un mois durant au Carcel Modelo de Barcelone, il est ensuite transféré dans diverses résidences surveillées (Fuenterrabia, Deva, Madrid).

Il embarque enfin à Gibraltar le 22 juin 1943 pour Greenock, avant-port de Glasgow, et arrive le 29 juin à Londres, où il retrouve son cousin germain Philippe REINHART.

 

Après avoir été interrogé à la Patriotic School par la Royal Air Force et la Marine, il signe son engagement dans les Forces Françaises Libres et choisit les Parachutistes de la Special Air Service brigade (SAS).

Il va alors suivre des entraînements intensifs dans différents camps en Angleterre (Camberley, Hardwick, Ringway), en Ecosse, et enfin au Secret Camp de Fairford dans le Gloucestershire .

Breveté parachutiste, il intègre le 1er Bataillon d’Infanterie de l’Air  (BIA), formé en juillet 1943.

 

En juin 1944 lorsque les Alliés débarquent en Normandie, la Résistance participe à distance en Bretagne à l’opération avec le 4e SAS parachutistes, dans le cadre du 2e Régiment de Parachutistes (2e RCP).

Les paras sont largués en deux vagues sur les bases de repli Samwest (Côtes-du-Nord) et Dingson (Morbihan), avec pour objectif de maintenir en Bretagne les unités allemandes qui s'y trouvent pour les empêcher de rejoindre le front de Normandie.

 

Le 1e cl. Pierre RUFENACHT est parachuté au bois de Duault (Côtes-du-Nord) dans la nuit du 10 au 11 juin 1944.

Il est cité à l’ordre du corps d’armée par le Lieutenant-colonel Bourgoin :

« Très bon parachutiste. Parachuté en France à Duault le 10 juin 1944, a eu une belle conduite au feu au combat de Duault le 12 juin 1944. A participé ensuite avec courage et activité inlassables à l’instruction et à l’organisation des maquis bretons. A effectué avec le maquis plusieurs opérations de harcèlement sur les convois et détachements ennemis isolés en retraite en Bretagne au début du mois d’août 1944. A été gravement blessé au cour de la campagne de Bretagne ».

 

Blessé le 20 juillet, Pierre RUFENACHT, avant sa guérison complète, rejoint le groupe du sergent Judet près de Bignan qui est libéré le 8 août. 

Près de Bignan. Pierre Rufenacht est à droite. Copyright Afpsas

Témoignage de Pierre LEBATARD, présent avec Pierre RUFENACHT et d'autres parachutistes et  FFI le 20 juillet 1944 à Bignan, recueilli par Anthony Le Brazidec en 1996 :

"Ruffenach, blessé à la cuisse, a été ramené par Thomas sur Kerlayec et a souffert le martyr pendant trois ou quatre jours jusqu'à ce qu'on lui enlève le projectile.

C'est un médecin de Locminé qui l'a transporté dans sa voiture à l'Hôpital de Vannes pour extraire la balle pour être de retour le soir même (il fallait être courageux pour faire cela car ils savaient qu'en cas de contrôle, ils étaient, lui et son passager, torturés ou fusillés sur place (Ruffenach était sans armes et habillé en "paysan" ; je crois même qu'il avait des sabots!)"

Le 9, à Meucon, il participe à l’attaque de 200 Allemands qui traversent le village puis, avec sa section, à Rieux le 23 août, ils repoussent par deux fois des Allemands supérieurs en nombre. Il est ensuite affecté à la mission Spencer et prend une part active à l’attaque du bourg d’Anguillon dans le Cher, le 8 septembre 1944.

Début avril 1945, le sergent RUFENACHT est de nouveau parachuté aux Pays-Bas avec le stick du lieutenant Sriber, dans le cadre de l’opération Amherst.

Son parachute s’ouvre mal, il se blesse à la main droite et se fracture le fémur droit. Le 11 avril, il est rapatrié et soigné en Angleterre dans différents établissements jusque fin septembre 1945.

Copyright A. Rufenacht

Ses décorations : Croix de guerre 1939-1945 avec étoile de bronze.

Le drapeau de son unité, le 2e RCP, unité la plus décorée de la 2e guerre mondiale, a reçu la Croix de la libération.

Ressources

 

  • Dossier Résistant de Pierre Rufenacht au SHD de Vincennes : cote GR 16 P 527647
  • Des témoignages sur le parcours de Pierre Rufenacht figurent dans l'Odyssée des Français Libres du Havre
  • Les Parachutistes SAS de la France Libre 1940-1945
  • par David Portier (épuisé)