LE LOUARN Ernest   (1922 - ?) 1ère DFL          101e CA du Train

Nous recherchons une photographie d'Ernest Le Louarn

Ernest LE LOUARN est né au Havre le 7 Mars 1922.

Il poursuivait ses études et venait d'avoir 18 ans lorsqu'il s'engage dans les Forces Françaises Libres en Grande-Bretagne en Juillet 1940.

Il signe son acte d'engagement au camp de Morval le 8 août 1940.

Dossier GR 16 P  359266

 

Ernest LE LOUARN est  d'abord affecté à la 1ère Compagnie des Chars de la France Libre puis rapidement  muté, le 29 Août 1940  à la 1ère Compagnie du Train de la 1ère Division Française Libre qui intègre de nombreux jeunes Français Libres, dont un second Havrais, Yannick MALLET.

 

Cette unité , commandée par le Capitaine DULAU avait pour mission d'acheminer et de ravitailler les troupes combattantes. 

Capitaine DULAU : 

"Vit-on jamais unité plus jeune ? 

Au départ, 4 conducteurs sur 5 avaient entre 17 et 19 ans. Au moment de leur démobilisation, en 1945, après cinq années de campagne ininterrompues en Érythrée, Libye, Tripolitaine, Tunisie, Italie, France, certains dépassaient à peine l'âge de l'appel normal sous les drapeaux. En Érythrée, en Libye, il fallut trouver un exutoire au trop plein d'enthousiasme et de passion guerrière des chauffeurs, afin de leur faire accepter leur mission d'origine, si primordiale qu'elle fût. Freiner l'activité du personnel fut le grand problème qui se posa à la 101e compagnie du train depuis sa formation jusqu'à la démobilisation », soulignait le Capitaine DULAU.

 

Ernest LE LOUARN quitte l'Angleterre le 30 Août 1940 à bord de l'aviso Savorgnan de Brazza pour  participer à l'expédition du Corps expéditionnaire de Dakar et  il débarque à Douala le 9 octobre 1940.

 

Groupe de soldats du Train près d'un bac à Douala -

Archives Paul Chanoine

 

 

Le jour de Noël 1940, Ernest LE LOUARN embarque au port de Douala sur un cargo bananier, le  Cap des Palmes.

A Freetown, les hommes sont transbordés, avec armes et bagages, à bord d’un  cargo plus important, le Neuralia, puis  ils débarquent à Port-Soudan le  Février 1941.

A bord du Neuralia - Archives Paul Chanoine

Le trajet du Neuralia - Archives Paul Chanoine

Du 26 Février au 6 Mai 1941, Ernest LE LOUARN prend part à la Campagne d'Erythrée.

Témoignage de René DUVAL 

« Nous allons bientôt récupérer notre matériel. Puis nous partons vers le sud à travers le désert soudanais, destination l’Erythrée et l’Abyssinie. Les pistes sont dures et le matériel souffre énormément ainsi que nous, jeunes conducteurs inexpérimentés. Dans ce désert aride où ne poussent que quelques épineux, seuls quelques rares baobabs nous offrent, et nous en profitons lorsque c’est possible, un peu d’ombre toujours bienvenue sous ce soleil torride. Les étapes sont longues et lorsque nous nous arrêtons le soir, nous sommes complètement démolis après avoir subi des ensablements ou sauts de carpe dans la cabine. On a mal partout, jusqu’aux entrailles. Nos véhicules Bedford ne sont pas adaptés au désert, ce ne sont que des tractions arrière, et nous n’avons pas de plaque de désensablage. Lorsqu’aujourd’hui on nous vante les mérites des pilotes du Paris-Dakar, super équipés avec toute la maintenance possible et une assistance totale, et de plus en temps de paix, cela me fait un peu sourire… mais ne soyons pas méchants ! La casse est importante, surtout les lames de ressorts, et malgré le camion atelier, il est quelquefois impossible de réparer, alors le camion reste sur place avec son conducteur" [1].

 

Enrest LE LOUARN embarque à Massaouah le 7 mai à destination de Port-Saïd en Egypte où il stationne avant d'être transféré en Palestine où il parvient le 17 Mai 1941.

 

 

Il passe la frontière le 8 Juin 1941 pour prendre part aux opérations de Syrie jusqu'au 27 Décembre de la même année.

 

Un camion du Train en Syrie - Archives Paul Chanoine

En Décembre 1941, il est dirigé vers la Libye pour prendre part aux opérations qui s'y déroulent jusqu'en Juin 1942. 

Il est dirigé sur l'arrière le 13 Juin 1942 puis revient en Egypte où il stationne jusqu'en Décembre.

Il retourne ensuite en opérations en Libye du 14 Décembre 1942  jusqu'en Avril 1943.

Le 15 Décembre 1942 , il fut promu 1ère classe.

Alerte en Libye - Archives Paul Chanoine

 

Il passe la frontière de Tunisie le 1er Mai 1943 pour prendre part à la Campagne de Tunisie jusqu'au 10 Juin 1943.

Il est nommé Caporal le 3 Octobre 1943.

Il embarque à Bizerte le 30 Avril 1944 avec le Corps expéditionnaire en vue de participer à la Campagne d'Italie.

 

Témoignage de René Duval :

« Dans notre secteur du Garigliano et du Liri, la bataille fait rage. Devant les difficultés d’accès des véhicules, l’état-major décide de faire venir d’Afrique du Nord des « brèles »… Nous en voyons de toutes les couleurs avec ces bêtes têtues comme des… mulets, qui mordent, ruent, sautent des camions et s’échappent, nous entraînant dans une course effrénée pour les rattraper ! 

Nous sommes quelquefois désignés pour ramasser de pauvres corps mutilés et les emmener vers un lieu de sépulture. Parfois ce sont des camions entiers qui se dirigent ainsi vers l’arrière ». [1]

 

Ernest LE LOUARN  débarque à Cavalaire le 16 Août 1944, et prend part aux Campagnes de Provence (été 1944), des Vosges (automne 1944)  et d'Alsace (hiver 1944-45).

 

Le Train sur les routes de France (remontée du Rhône)

Archives Paul Chanoine

Au cours de sa dernière campagne en Alsace, le 1er Février 1945, il est évacué, malade vers l'hôpital d'Aix-les-Bains.

Il effectuera ensuite sa convalescence jusqu'au 7 Juillet 1945 à Tunis.

Ernest Le LOUARN était titulaire de la médaille coloniale avec agrafes Erythrée et Libye (décret du 26 mars 1942).

Ressources

 

[1] Mémoires d'un volontaire de la France libre, 1940-1945. René Duval, Association pour le respect et la valorisation du patrimoine culturel de Gouville-sur-Mer, 2000

 

Dossier Résistant au SHD de Vincennes : cote GR 16 P 359266