GUYADER Jacques-Noël  (1920-1995) FNFL    1er Bataillon de Fusiliers Marins Commandos    Badge n° 160

Jacques, Noël GUYADER est né le 25 décembre 1920 au Havre.  

Il est scolarisé en 6e au Lycée de garçons (François 1er) en 1932-1933.

 

Le 26 Mai 1943, deux mois après le Havrais Roger GUIADER,  avec l’aide de la Filière d’évasion Sibril, Jacques GUYADER quitte Carantec (Finistère) sur une petite embarcation, le Météor, et rejoint l' Angleterre.

 

Il s’engage immédiatement au 1er Bataillon de Fusiliers Marins commando et poursuit son entrainement au camp d’Achnaccary (Ecosse).

 

Le 5 juin 1944, veille du Débarquement en Normandie, Jacques GUYADER est filmé au moment où le n° 4 Commando quitte le camp de Titchefield pour rejoindre et embarquer au port de Warsah . 

Capture d'écran : Musée de tradition des Fusiliers Marins et Commandos

La séquence (rapide) où apparaît Jacques GUYADER commence  à 00'37 sec. GUYADER à 00'40.

Voir également le film suivant LIEN de 1.38 à 1.45

 

Les barges arrivent face au lieu-dit La Brêche, à Colleville-sur-Orne le 6 Juin vers 7h 30 du matin.

Le Lieutenant-colonel Dawson laisse aux 177 Français du 1er BFMC l'honneur de toucher le sol français les premiers.

La plage est franchie au prix de 3 morts et 26 blessés ; laissant leurs sacs dans la colonie de vacances, chaque troupe se dirige vers son objectif respectif. 

La section K-gun et la Troop 1 suivent la ligne de tramway pour atteindre le casino d'Ouistreham par l'arrière.

Grâce aux tirs d'un char réquisitionné par le Commandant Kieffer, le casino et le belvédère purent être réduits lorsque l’ordre de rassemblement général fut donné.

Mais à la 1ère section de la Troop 8, tel que l’établit le rapport du lieutenant Bagot à son commandant Alexandre Lofi : « des chevaux de frise barrent la route, quatre voltigeurs s’avancent pour les écarter, toute la sectiontombe sous le feu d’armes automatiques…

Le matelot Henri Le Chaponnier  est grièvement blessé. Nous recevons un ordre de repli sur la route principale où nous retrouvons le reste de la troupe. Regroupement général, évacuation des blessés et nous reprenons une attitude défensive… Nous retournons chercher les rucksacks et reprenons notre place dans les troupes françaises pour entreprendre une pénible et dangereuse marche vers Amfréville » (1).

 

Jacques GUYADER obtient la citation suivante, lui attribuant la Croix de guerre 1939-1945 avec étoile vermeil : « Commandant le groupe de bren-guns, a fait preuve de sang-froid et d’un grand courage, donnant ainsi à ses camarades un grand exemple ».

 

Immédiatement après la libération de Ouistreham, Jacques GUYADER est engagé dans les combats pour la libération de Normandie au Pegasus Bridge (passage de l’Orne), à Amfreville, au bois de Bavent, au passage de la Dive et à l’Epine.

Il est présent au commando jusqu’au 15 décembre 1944.

 

Jacques GUYADER, décédé à Paris le 7 octobre 1995, est inhumé au cimetière Sainte-Marie du Havre.

Ressources

 

  •  Dossier Résistant (non consulté) au SHD de Vincennes : Cote GR 16 P  281735
  • Les évadés de Carantec LIEN
  • Mini documentaire pédagogique sur la mission du commando Kieffer dans le Débarquement de  Ouistreham