FRANCIS BOEUF Jacqueline  (1924- 2015)        Autre nom : CAUGY,  née Remise, alias Catherine                                                Résistance                                                            Réseau CND Castille

Nos remerciements à Yves Chanier (Amicale du réseau CND Castille).

Jacqueline FRANCIS BOEUF, née REMISE, est née le 14 Décembre 1917 au Havre.

 

Elle entre au Réseau CND Castille en tant qu'agent P2 en Mars 1943, contactée par Jean TILLIER. Son n° d'agent est le 89 593.

Elle est arrêtée le 19 Septembre 1943 et déportée au camp de concentration de Ravensbrück le 3 février 1944 par le convoi de Compiègne.

Copyright Amicale du réseau CND Castille

Le 24 juin 1944, elle fait partie d’un convoi de 266 détenues de Ravensbrück envoyées au Kommando extérieur de femmes de Hanovre-Limmer, qui venait tout juste d’ouvrir, rue Wunstorfer Straße à l’ouest de la ville.

Ce Kommando, principalement composé de Françaises et de Russes, travaillait à la fabrication de masques à gaz pour l'usine de caoutchouc Continental Gummi-Werke. Il employait plus de 1.000 personnes.

En décembre 1944 arrivèrent 250 autres déportées du Kommando extérieur de Salzgitter-Watenstedt/Leinde, dont une trentaine de Françaises.

Puis, suite au bombardement les 5 et 6 janvier 1945 d'un autre camp extérieur de Neuengamme à Langenhagen, les 500 détenues dans ce camp, en majorité polonaises, furent également transférées à Limmer [1].  

Femmes du camp de concentration Conti-Limmer

Copyright Museum Hannover

Simonne Rohner, une détenue témoigne :

« Nous avions aussi Jacqueline Francis-Boeuf, femme d'un Docteur en Sciences à la Sorbonne, celui-ci se trouvait à Buchenwald. Il avait écrit un jour à sa femme au milieu de ses phrases en allemand : « Je m'emmerde ! » et nous avions bien ri, car cela avait passé inaperçu au contrôle ».[2]  

 

Témoignage de Jacqueline FRANCIS-BŒUF sur  le camp de concentration de Limmer (kommando du KZ Neuengamme)  « Après que la production de masques à gaz destinés à la population ait été classée en avril 1944 comme une très grande urgence, la Continental AG a requis des détenues de camps de concentration et aménagé en priorité en tant que camp de concentration extérieur de Hanovre, le camp de femmes de Limmer. Juste à côté se trouvait le camp intérieur de travaux forcés de Wesselsgarten. Le camp de concentration de la Continental fut construit en deux phases. En Juin 1944, il était composé d’une baraque en bois pour les détenues et de trois bâtiments auxiliaires. Le camp (KZ), entouré d’une double clôture de barbelés électrifiés, est à 100 mètres du grand mur de briques. Pas de mirador ! On reconnait au-delà d’un petit espace vert en pente douce les premières maisons de la ville. Les quelques constructions sont neuves mais pitoyables. L’ensemble comprend quatre baraquements : la baraque à l’entrée (comme toujours réservée à l’administration), dans un angle à droite, une longue construction avec dix chambres dont l’une utilisée comme infirmerie. Derrière, une cour un bloc avec de sanitaires. Enfin un dernier bâtiment reste fermé.» [3] 

Les mémoires de Simonne Rohner indiquent que Jacqueline FRANCIS-BOEUF a été ensuite transférée au camp de Bergen-Belsen, avant d'être rapatriée le 23 Avril 1945.

(...) Un jour que je finissais de déjeuner, TROLLIET vint me chercher et me dit en riant : - On vous demande en bas, mais ne vous étonnez pas de voir une Capitaine dans l'armée française ; c'est la mode paraît-il! Je trouvais dans le bureau, un Colonel, deux Commandants et en effet une Capitaine… Un des Commandants était FRANCIS BOEUF, mari de Jacqueline ; rentré parmi les premiers de BUCHENWALD, il avait repris immédiatement du service et venait en Hotchkiss, chercher sa femme. Après lui avoir donné les quelques renseignements que nous avions pu avoir sur le sort de nos camarades, je lui indiquai BERGEN-BELSEN, destination probable du convoi et lui confirmai le bon état de santé de Jacqueline". [2] 

Jacqueline Francis-Boeuf est décédée à l'âge de 97 ans le 16 Juillet 2015 à Paris 7e.

Ressources

 

Dossier Résistant au SHD de Vincennes (non consulté) :  Cote GR 16 P 112 457

 

Fiche de l'annuaire de l'Amicale du Réseau CND Castille LIEN

 

[1] D’après les informations du site kz-gedenkstaette-neuengamme.de.

 

[2] En enfer. Récit de Simonne Rohner Résistance - Déportation en Allemagne 9 Février 1944 - 8 Mai 1945. Lien

 

 

[3] Extrait du site internet kz-limmer.de, traduit de l’allemand par Emile Pefferkorn et Annie Frandon.

 

Autres sources

 

Papiers de Jacqueline Remise (non consultés) : billets et courriers originaux rédigés après son arrestation et celle de son époux Claude Francis-Boeuf et parvenus à leur famille grâce à des chaînes desolidarité. Don de Mme Jacqueline Remise. source : Bilan des fonds confiés aux Archives nationales (site de Paris). Commission archives 02/04/2007. Lien

 

Référence d'un témoignage de Jacqueline Francis-Boeuf "Parce qu’ils étaient des rebelles…" (non publié en ligne) sur le site de l'Amicale des déportés du camp de Bergen-Belsen Lien

 

Jacqueline Francis-Boeuf a remis deux listes au mémorial Bergen-Belsen en 2002 dont les premières pages sont publiées sur le site suivant : Lien