Jean AYRAL (1921 - 1944)

Forces Navales Françaises Libres - B.C.R.A

Alias : Robert Gautier - Guérin - Robert Harrow - Pal - Major Roach - Gedeon - Ceden


Jean Ayral est né le 30 décembre 1921 au Havre ; son père est directeur commercial à la Compagnie générale transatlantique à Paris.

 

Il prépare le concours d’entrée de l’Ecole Polytechnique lorsqu’il entend l'Appel du 18 juin : il embarque le surlendemain à Bayonne sur le patrouilleur Président Houduce et parvient à Gibraltar.

 

Il est incorporé comme matelot sur un paquebot de la Compagnie Paquet qui, en Angleterre, est incorporé à la Royal Navy et rebaptisé HMS Fidelity.

Promu enseigne de vaisseau de 2e classe (sub-lieutenant) en septembre 1940, il abat, dans ses fonctions d’officier de tir, deux avions lors d’une attaque en mai 1941.

 

En octobre 41, il signe un engagement dans les FFL et après un stage à l’Etat-major de la Marine, entre sur sa demande en février 1942, au Bureau central de renseignements et d’action (BCRA), les services secrets de la France libre.

 

Après une formation dans le Hampshire, il est parachuté sous le nom de "Pal", avec son radio François Briant et Daniel Cordier, le 26 juillet 1942 dans la région de Montluçon. Blessé à l’atterrissage, logé et soigné par Paul Schmidt, il accomplit ensuite en zone sud, dans la région de Clermont-Ferrand, un travail de renseignement jusqu’en novembre 1942.

 

A Paris, où Jean Moulin l'envoie alors auprès de son représentant en zone nord, Jean Ayral développe le réseau d’action "PAL" et rencontre différents responsables de mouvements comme Ceux de la Libération (CDLL) et Ceux de la Résistance (CDLR).

 

En avril 1943 Jean Moulin lui confie la mission de créer en zone nord le Bureau des opérations aériennes (BOA) subdivisé en quatre régions, Jean Ayral prenant en charge celle du centre.

 

Arrêté à Paris avec quatre camarades par la Gestapo le 28 avril 1943, il est conduit à l’Hôtel Cayré, bd Raspail. Il bouscule ses gardiens et parvient à s’échapper, permettant à ses camarades de faire de même. « Brulé », Jean Ayral passe en zone sud pour rejoindre l’Angleterre le 16 juin 1943.

 

Promu enseigne de vaisseau de 1ère classe en janvier 1943, il rejoint l’Etat-major particulier du général de Gaulle à Alger comme officier du BCRA. Il crée, début 1944, à la base corse de la Direction technique des services spéciaux (DTSS), un organisme chargé d’effectuer les opérations maritimes clandestines pour le compte des services français vers la métropole et l’Italie occupées avec le concours de la marine britannique. Il dirige lui-même avec succès ces opérations.

 

Breveté parachutiste, il est, dans le cadre de la préparation du débarquement de Provence, chef d’un groupe de commando de sept sous-officiers et hommes de l’aéronautique avec lequel il est parachuté le 12 août 1944 au nord de Toulon.

Après avoir gagné le village de Signe, le groupe attaque un camp d’instruction entre Toulon et Marseille, mettant hors de combat 150 des 250 occupants. Jean Ayral entre le premier dans Toulon.

 

Au carrefour des routes, le 21 août à 15h45, par méprise, une patrouille du Bataillon de Choc l’abat d’une rafale de mitraillette. Transporté à l'hôpital, il décède le lendemain. Il est inhumé à Neuilly-sur-Seine.

 

D'après la biographie du site de l'Ordre de la Libération

 

RESSOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

Dans sa série Seconde Guerre mondiale, les éditions L'Harmattan publient en 2014 Jean Ayral, Compagnon de la Libération. Histoire et carnets de guerre de Jean Ayral (18 juin 1940 - 22 août 1944).

Ecrit et présenté par son parent, Xavier Reyes Ayral, cet ouvrage est la première biographie de Jean Ayral dont le parcours, aussi dense que tragique, au sein de la France Libre méritait vraiment d'être rapporté.

Le livre présente également ses carnets tenus sur le vif et qui constituent un témoignage de premier plan sur la France Libre et la Résistance.

Prix : 52 euros

 

Consulter un extrait des carnets de guerre de Jean Ayral (pages 192 à 217) issu de l'ouvrage de François Berriot "Témoignages sur la Résistance et la déportation" publié par l'Harmattan en 2007

D'autres extraits du même ouvrage (pages 220-228) sont accessibles par le lien suivant

Bibliographie  

  • Note de guerre 1940 - 1944 - Jean Ayral
  • 1061 Compagnons - JC Notin - Edition Perrin
  • Présumé Jean Moulin - Jacques Baynac - Edition Grasset Témoignages sur la Résistance et la déportation - F.Bérriot - Edition l'Harmattan
  • Histoire de la Résistance en France Juin 1940-Mai1945 (5 Tomes).Henri Noguere, Robert Laffont, 1967-1981
  • L'espoir des ténèbres (Histoire de BOA). Parachutages sous l’occupation. Michel Pichard, ERTI, 1990
  • La fantastique aventure de Jean Ayral. André Vulliez. In : Revue Hommes et Mondes n° 117, avril 1956.
  • La fantastique aventure de Jean Ayral, agent secret (II). André Vulliez. In : Revue Hommes et Mondes n° 118, mai 1956.
  • Les services secrets du général de Gaulle. Le BCRA. 1940-1944. Sébastien Albertelli. Perrin, 2009.
  • Témoignages sur la Résistance et la déportation. Autour de Jacqueline Pery d’Alicourt. François Berriot, L’Harmattan, 2008.
  • Une résistance ordinaire. Septembre 1939-août 1944. Claire Chevrillon, Editions du Félin, 1999