Claude RAOUL-DUVAL (né en 1919)                  Compagnon de la Libération

Forces Aériennes Françaises Libres

Groupe de Chasse « Alsace »

Réseau Comète

Réseau Bourgogne

 

Claude RAOUL-DUVAL est né le 22 octobre 1919 à Paris d'un père négociant en import-export et d'une mère sculpteur

Il poursuit sa scolarité au Lycée de garçons (Lycée François 1er) de 1933 à 1938 (de la 3ème au bac maths).

 

Bachelier, il reçoit une formation militaire à l'Ecole de l'Air en 1939. En mars 1940, il est sous-lieutenant.

 

Refusant la défaite, il ne peut embarquer à Bordeaux sur le Massilia qui renonce finalement, en appareillant, à emmener les pilotes de l'Ecole de l'Air en Afrique du Nord.

 

Avec un camarade, Claude Raoul-Duval décide alors de gagner l'Angleterre et s'embarque au Verdon sur un bateau hollandais, le Nettie, qui atteint Falmouth le 22 juin 1940.

 

Affecté aux Forces Aériennes Françaises Libres en qualité de pilote, il suit une année d'entraînement dans les écoles de la Royal Air Force.

 

Volontaire pour le Moyen-Orient, il est affecté au Groupe de Chasse "Alsace" dès sa formation en septembre 1941.

 

Il prend part aux opérations en Libye au cours desquelles il accomplit brillamment 50 missions avec un matériel nettement inférieur à celui de l'ennemi.

 

De retour en Grande-Bretagne avec son unité qui s'installe en Ecosse début janvier 1943, il prend part aux combats sur le front occidental, notamment au-dessus de la France occupée. 

 

Une anecdote relative à son voyage retour vers l'Angleterre

Encadré et photographie :  Lettre d'information de l'Ordre de la Libération (novembre 2017)

Pistolet Herstal FN Browning de Claude Raoul-Duval

 

Le 17 avril 1943, il est abattu en combat aérien par la chasse ennemie au-dessus du Havre, en même temps que son camarade Philippe BERAUD.  Blessé par des éclats d'obus aux jambes, Claude RAOUL-DUVAL  parvient cependant à sauter en parachute et à se soustraire aux recherches. Pendant six mois il participe activement à la Résistance, servant de convoyeur pour les réseaux Comète et Bourgogne, faisant évader plusieurs aviateurs alliés abattus.

 

Il revient lui-même en Grande-Bretagne en novembre 1943 grâce à une difficile évasion commencée en août 1943, qui l'oblige à traverser à pied les Pyrénées et une partie de l'Espagne, en ramenant avec lui deux équipages de forteresses volantes abattus.

 

Réaffecté immédiatement au groupe "Alsace", il reprend le combat et prend part à toutes les opérations de l'année 1944 d'Angleterre d'abord, de France, Belgique et Hollande ensuite. Au cours de cette année, il effectue 76 missions offensives au-dessus du territoire ennemi.

 

Au total, le capitaine Raoul-Duval a accompli 160 missions, totalisant 220 heures de vol de guerre.

 

Rendu à la vie civile après la guerre, il devient employé de commerce avant de s'installer, de 1958 à 1962, au Congo en qualité de directeur technique de la société S.C.K.N.

 

A partir de 1962, il s'installe comme directeur régional des automobiles Berliet à Lagos au Nigeria. De 1964 à 1966, il est directeur général de Berliet Algérie à Alger, puis, de 1966 à 1969, directeur général de J.A. Goldschmidt do Brazil à Sao Paulo.

 

Claude Raoul-Duval travaille ensuite au département étranger du Crédit Lyonnais (1969-1978) puis comme représentant de la Banca Populare di Novera à Paris (1979-1995) avant de prendre sa retraite.

Il réside aujourd'hui en région parisienne.

 

 

• Grand Officier de la Légion d'Honneur

• Compagnon de la Libération - décret du 16 octobre 1945

• Croix de Guerre 39/45 (3 citations)

• Médaille Coloniale

• Croix du Combattant Volontaire de la Résistance

• Distinguished Flying Cross (GB)

• Air Medal (USA)

 

 

Ressources 

 

• Ciel de Sable, Claude Raoul-Duval. France-Empire, Paris 1978

  • Le groupe de chasse Alsace au Moyen-Orient. Claude Raoul-Duval à 01 01
  • Portés disparus. Patrick Collet. Hemdal, 2014
  • Entretien 2015
  • Entretien France Inter Lien