SERGEANT Pierre  (1921-1988)  FNFL              Marine de Guerre                                                Cuirassé Courbet, Contre-torpilleur Le Triomphant, Ecole Navale Dartmouth, Aviso Chevreuil, Marine Nouméa, Croiseur Cap des Palmes

Pierre SERGEANT est né le 1er Mai 1921 à Millencourt (80).

Il est étudiant lorsqu'il décide s'évader de France à bord du bâteau de pêche Sauveur-du-Monde de Boulogne-sur-Mer, qui débarque le 19 Juin 1940 en Cornouailles, dans le petit port de Penzance-Newlyn.

Il s'engage dans les Forces Navales Françaises Libres en Juillet 1940.

Il suit le premier cours d'élève-officier organisé à bord  du Courbet en Juillet-Août 1940.

Parcours d'officiers dans la Royale

Il en sort élève aspirant et, après un stage de PMS à Camberley de fin Août à mi Septembre, il est désigné pour le contre-torpilleur Triomphant sur lequel il sert en stage d'application d'Octobre à Décembre 1940.

Pierre Sergeant 1er rang assis 4e de gauche à droite. 

Copyright Parcours d'officiers dans la Royale

Le Triomphant

De Janvier à Août 1941, il suit les cours de la 2e session de  l'Ecole Navale anglaise (Royal Naval College de Dartmouth). Il en sort  promu aspirant le 1er août 1941.

Il embarque sur l'aviso Chevreuil d'Août à Décembre 1941.

L'Aviso Chevreuil à Tahiti.

Il est affecté à la Marine Nouméa de Décembre 1941  à Février 1942. Puis il embarque sur le croiseur auxiliaire Cap des Palmes de Février 1942 à Octobre 1945.

 

Souvenirs de Georges Lapicque, embarqué sur le Chevreuil  à l'Automne 1942

"Cependant, le Cap des palmes, qui se trouvait plus au large, interrompit ces pensées et par un acte d’autorité naturel mais peu apprécié par le commandant Fourlinnie qui adorait « lécher la côte », ordonna de le rallier pour prendre la ligne de file. Il fallait faire une entrée spectaculaire dans le port de Papeete, et on se souvient de la valeur esthétique de cette formation. Il fallait bien cela, car toute la ville était pavoisée en l’honneur du si digne représentant de la France Libre qu’était l’amiral d’Argenlieu. Après une attente qui parut longue, le Chevreuil accosta à son poste familier, devant le gouvernement, précédé par le Cap des palmes, d’où l’amiral débarquait pour recevoir les honneurs officiels et saluer le gouverneur et sa suite". (...)

"L’essentiel était d’utiliser des navires de faible valeur militaire à l’échelle des combats entre Américains et Japonais, pour le recrutement de nouveaux volontaires dont la France Libre avait cruellement besoin. Il faut se souvenir que le général de Gaulle se devait de démontrer aux yeux du monde que quelques troupes et marins français étaient présents sur tous les fronts malgré une abdication qui aurait été aussi celle d’une victoire tant espérée. Le ralliement des îles du Pacifique ne devait pas être que symbolique ! C’est avec enthousiasme que nos jeunes officiers allaient se lancer dans leur action, sans oublier à jamais, l’admiration ni la reconnaissance qu’ils auraient pour ces jeunes volontaires qui allaient quitter leurs îles du bout du monde pour un destin inconnu. L’aurions nous fait ? se demandaient-ils à nouveau". (1)

 

Pierre Sergeant au second rang, 1er à gauche

A la fin des hostilités, Pierre SERGEANT est affecté sur le dragueur D333.

En 1946-1947, il suit un cours de pilotage et est breveté aéronautique.

Il fait campagne en Indochine en 1948-1950 aux forces amphibies (aviso Commandant Bory et base navale d'Haïphong).

 

Il est promu Capitaine de frégate en 1966.

Pierre SERGEANT est décédé le 21 Décembre 1988 au Havre.

 

Il était officier de la Légion d'honneur,  del'Ordre national du mérite, titulaire de la Croix de guerre 39-45 avec deux citations, TOE avec une citation, officier du Mérite maritime.

En Septembre 2017 la Délégation Le Havre de la Fondation de la France Libre partcipait au voyage mémoire organisé par le Souvenir des Marins de la France Libre. Au cours de la visite du Royal Naval College de Dartmouth, fut remis au directeur de l'Ecole un panneau rappelant les noms des Français Libres qui sortirent aspirants du RNCD durant la 2e Guerre mondiale.

Parmi les aspirants Free French, trois Havrais : René GOURVIL,  Jean SALIOU, et Pierre SERGEANT.

Ressources

 

Mémorial des FNFL

 

Dossier Résistant au SHD de Vincennes (non consulté)  : cote GR 16 P 545 419

 

(1) Souvenirs d'un Marin de la France Libre. Georges Lapicque, Capitaine de frégate  LIEN

 

Promotions 1940 sur le site Parcours d'officiers dans la Royale Lien