QUESNEL Guillaume (1913-1953 ) FAFL            Groupe Lorraine puis Groupe Bretagne

Guillaume  QUESNEL est né à Sainte-Adresse le 11 Avril 1913.

Il est militaire lorsqu'il rallie la France Libre le 30 juin 1940 en Angleterre, versé aux Forces Aériennes Françaises Libres  le 16 juillet, avec le matricule 30.303, le grade de lieutenant et la fonction d’observateur.

Il est inscrit sur la liste de l'escadrille TOPIC en août 1940, avant son départ en Afrique, puis sur la liste du groupe de bombardement Lorraine en Libye en Janvier 1942.

Guillaume Quesnel à droite devant le cant « Bir Hakeim » à Shebha

 © Croix de Lorraine et croix du sud 1940-1942 de Vital Ferry

Guillaume Quesnel est assis sous la cocarde avec le béret

Revue Icare n° 44

 

En 1942, en tant que capitaine observateur, il sert au groupe de bombardement Bretagne, en soutien des forces du général Leclerc au Fezzan.

Il est ensuite muté au GMI par note n°11.161 du 7 septembre 1942. Il rejoindra le Bretagne aprés un repli sur Madagascar et Durban.

On le retrouve à Fort-Lamy en janvier 1943 et plus tard en Tunisie à Djedeida où se trouve le Centre d’instruction du Bombardement sur B-26.

En 1944-1945,  il effectue les campagnes d’Italie, de France et d’Allemagne sur B.26 Marauder.

 

Guillaume QUESNEL est titulaire de plusieurs citations, dont celle à l’ordre de l’armée qui lui fut attribuée ainsi qu’à quatre membres de son équipage, en avril 1945, entraînant l’attribution de la Croix de guerre avec palme..

Nommé commandant, il se verra en avril 1946 décerner la médaille de la Résistance française.

Le 21 Juillet 1948, Guillaume QUESNEL se trouve parmi les  passagers rescapés du crash d'un  Wellington  LP650 , qui devait effectuer à l’aube un vol de liaison entre  Réghaïa et  Istres.

Au bout de 2h30 de vol, l'axe de transmission de la pompe à huile du moteur gauche se casse, l'avion continue sur un seul moteur jusqu'à la perte d'altitude et de puissance et se ditche en Méditerranée. Seuls 5 survivants  furenretrouvés par un Dornier DO 24 de la flottille 30S basée à Saint Mandrier. 

L'hydravion trimoteur put amerrir malgré la houle et le vent fort. Après deux heures passées en mer les rescapés équipés de gilets flottants de type US, cramponnés à une partie du plan fixe qui flottait encore apparaissaient bien prêts de lâcher prise. Les blessés seront ramenés à St-Mandrier puis hospitalisés à Toulon (1)

 

Le commandant Guillaume QUESNEL est décédé le 1er février 1953 à Saint-Pierre-de-Varengeville (76).

Ressources

 

Dossier Résistant au SHD de Vincennes (consulté) : GR 16 P 495282

 

(1) Le Livre d'Or des Français Libres LIEN