PANSEL Louis (1909- ?) 1ère Division Française Libre                                                    BIM, BM XI, Service de santé

Copyright : SHD

Louis Eugène Marie PANSEL est né le 22 mars 1909 au Havre.

Militaire de carrière, il  s'était engagé au 2e RIC en 1928 et 

se trouvait au 24e RIC en 1939.

 

De la Palestine à l’Egypte, le ralliement collectif du 24e RIC

 

Depuis septembre 1939, le 24e Régiment d’Infanterie Coloniale (RIC) stationnait à Tripoli au Liban . La garnison britannique de Chypre étant trop peu nombreuse, le général Wavell, commandant en chef des troupes alliées au Moyen Orient, demanda au général Mittelhauser, commandant au Levant, l'envoi d'un bataillon français à Chypre pour en renforcer la défense contre l'Italie, qui avait attaqué la France le 10 juin 1940 et possédait dans le Dodécanèse des terrains d'aviation d'où des avions de bombardement pouvaient attaquer Chypre et les côtes du Levant.

 

Le 15 juin 1940, le 3e Bataillon du 24e RIC quittait Tripoli et, via Beyrouth, arrivait à Chypre le 17 juin. Soldats de carrière ou mobilisés, un même sentiment de honte et de rage leur fit refuser l’armistice, et, du 18 juin au 10 juillet, les résistances s’affirmèrent : 350 hommes se refusèrent à retourner au Levant. Parmi les résistants de Chypre, l’adjudant Louis PANSEL s’engage dans les FFL le 28 juin 1940 et sera bientôt versé au 1er Bataillon d’Infanterie de Marine (BIM) de la France Libre.

 

Rassemblés à Nicosie, les volontaires français furent reçus avec enthousiasme par les Britanniques qui organisèrent une prise d’armes à l’occasion de la fête nationale du 14 juillet, puis le lendemain, en témoignage de la confiance qu’ils leur gardaient, leur remirent solennellement au cours d’une nouvelle prise d’armes, un drapeau aux couleurs de l’Union Jack.

 

Le 6 septembre 1940, après un entrainement d’autant plus intensif qu’il sera bref, la 1ère compagnie du BIM quitte Ismaïlia pour rejoindre vers Soloum la 7e Division blindée britannique, la Gerboa (Gerboise), seule grande unité mobile et cuirassée qui couvre l’Égypte face à plus de 200 000 hommes de l’Armée Graziani.

 

En décembre 1940, le général Wavel, commandant en chef des troupes du Moyen-Orient, décide de passer à l’offensive.

« Nous étions particulièrement fiers d’appartenir à cette fameuse Division, la plus ancienne et la plus célèbre de toutes les troupes britanniques du Western Desert, appelée également « Les Rats du Désert », indique le capitaine Folliot dans ses mémoires [1].

 

Les Français participent ensuite à l’offensive de la 8e armée britannique contre Sidi Barrani. La 1e compagnie Folliot du BIM est citée à l’Ordre de l’Armée pour cette participation qui se solde par une retraite générale de l’ennemi. L’attaque du général Wawel a réussi et c’est l’avance victorieuse, avec les prises des places fortes de Bardia et de Tobrouk auxquelles la 1e Compagnie du BIM participe largement et compte ses premiers tués.

 

Début janvier 1941, Louis PANSEL et Bernard SAVARY participent au siège victorieux de Bardia au sein d’un détachement du BIM :

Henri GLORIA - « Nous passons la nuit dans un ravin. La 1ère compagnie est dans le ravin à l'ouest de nous, à 2 kilomètres en avant. C’est elle qui doit attaquer en premier échelon, la 2e a pour mission de la protéger et de l’appuyer de ses feux. Mon peloton qui a fait l’attaque sur Bardia est ce coup-ci en 2e échelon de la compagnie, à vue avec les pelotons Gourvez et PANSEL qui marchent devant. A cinq heures et demie, dans la nuit, la compagnie avance et la 2e va occuper le ravin qu’elle vient de quitter. A sept heures, nous avançons encore d’un ravin ; la 1ère ayant elle aussi progressé » [2].

 

Louis PANSEL est promu sous-lieutenant à compter du 25 décembre 1941.

 

Il obtient une citation à l’Ordre de la Division pour la seconde campagne de Libye et est décoré de la Croix de Guerre avec Etoile d’argent :

Ordre général, Etat-major des FFL du Levant, 7 mars 1942 : « Sous-officier intelligent et énergique. Pendant la Campagne de Libye, a effectué avec succès de nombreuses patrouilles de reconnaissance. Au cours de la retraite, isolé en plein désert avec son peloton est parvenu à rejoindre son unité par une manœuvre hardie et pleine d’audace affirmant ainsi ses qualités de meneur d’hommes".

  

A compter du 1er avril 1942,  Louis PANSEL est versé au Bataillon de Marche XI. Son nom figure dans l'ordre de bataille du BM XI à Djiarabub (3) :

7e compagnie : 

Meyrand Michel : capitaine, commandant la compagnie

Bouvier Léon : sous-lieutenant 

Pansel Louis : sous-lieutenant 

Debaud Camille : sous-lieutenant 

 

Il rejoint le Bataillon de Marche 3 le 6 Juin 1942,  et en Juillet, il passe de l'Infanterie coloniale au Service de santé coloniale comme officier d'administration.

Il est muté le 28 Mars 1944 au service de santé de l'AOF ; il est gestionnaire de l'hôpital de Niamey (Niger) du 30 mars 1944 jusqu'à la fin des hostilités.

 

 Ressources

 

[1]  L’espoir ne meurt jamais, Lieutenant-colonel Raphaël Folliot. Ed. dactylographiée.

 

[2]  Source : Revue de la France Libre n° 23.

 

(3)  Livre d'Or des Français Libres LIEN .  Voir aussi l'article  "Giarabub-Siwa Le Caire". LIEN

 

Dossier Résistant au SHD de Vincennes (consulté) : Cote GR 16 P 456 439

 

Page du Livre d'Or des Français Libres LIEN