LOQUET Pierre  (né en 1923)                      Forces Terrestres       Leclerc/2e DB                  Train et Bataillon Médical

Septembre 2016 -  Piarre LOQUET, Président honoraire de l’Amicale des anciens de la 2e DB de Seine-Maritime

 à droite de Michel Pérot lors de la cérémonie d'inauguration

du Rond-Point de la 2e DB à Octeville

Pierre LOQUET est né à Versailles le 24 Novembre 1923.

Son parcours débute avec l’Exode de 1940 :  il se retrouve seul sur les routes de France, séparé de sa famille. Arrivé en zone libre, il s’engage le jour de ses 18 ans dans la petite armée française, l’armée d’armistice, autorisée par les occupants nazis.

En 1941 Pierre LOQUET, est affecté en Algérie, soldat au 19e

Génie, où il assiste en 1942 au débarquement des troupes américaines.

Il rejoint  le général Leclerc à la fin de la Campagne de Tunisie, à Kairouan, puis à Sabratha en Libye, au sein de la 2e Division française libre (DFL) devenue officiellement la 2e DB le 24 août 1943.

 

lI témoigne des  circonstances de son engagement dans

les FFL  :

« Sur une route j’ai croisé un camion avec quelques gars et je reconnais un copain, Abel, un jeune alsacien, qui me dit : « Viens vite, on va rejoindre le général Leclerc, rue de Paradis à Tunis, on va te prendre ! ».

Je me suis sauvé avec eux. Arrivés rue de Paradis, il y avait deux ou trois camions de la Légion étrangère en attente.

Un légionnaire me dit : « Tu vas monter dans un camion, mais surtout ne vous faites pas voir de l’armée Giraud ».

Car la consigne était d’arrêter les gars qui voulaient passer aux FFL. Le lendemain matin, à quelques kilomètres de là, dans un bureau à Kairouan, je me suis enregistré pour rejoindre le Patron ».

Pierre LOQUET

« On redescend sur la Tripolitaine (Libye) et on stationne dans un terrain, à deux ou trois kilomètres de Sabratha.

Montgomery nous avait pris sous son égide pour nous nourrir et nous habiller dans des tentes : la NAFII, magnifique lieu de rencontre et de distribution.

Je n’avais pas le droit, d’aller à Tripoli alors, leur habillement, la veste, en tissu formidable et des shorts... Ah les Anglais nous avaient gâtés ! Du temps des Italiens, de la Tripolitaine à la Tunisie, des pavillons habitables avaient été montés tous les 10 kilomètres.

Le Patron avait décidé de faire des bureaux dans l’une de ces maisons et lui-même était installé dans une petite roulotte. Il était gardé par une compagnie de jeunes  du Tchad. Un officier de la coloniale de cette compagnie venait me rendre visite : c’étaient de vrais combattants avec une autre mentalité. Je suis resté pendant trois mois à tenir le standard de ce petit QG pris aux Allemands où je passais les appels des différents points de chute, tout ça relié par des câbles dans le sable et, tous les matins, je vérifiais que la ligne n’avait pas été coupée.

Il m’est arrivé une nuit de recevoir un message non chiffré, et d’aller frapper à la roulotte du Patron : « Un message pour vous mon général », et avec ma lampe-tempête, je lui ai lu le texte à travers la porte. « Avertissez le commandant untel, à telle heure, il faut être à tel endroit…» m’ordonna-t-il, et je passai la consigne ».

 

Pierre LOQUET se souvient aussi encore aujourd’hui avec émotion du récital de la résistante et chanteuse Germaine Sablon à Sabratha :

Germaine Sablon :  « En juillet 1943, venant de Londres, j’arrivais en Tripolitaine, je chantais pour la 1ère DFL et pour la colonne Leclerc. Lorsque je parus dans le cadre grandiose du théâtre antique romain de Sabratha, inondé de lumière par un clair de lune magnifique, lorsque je descendis l’immense escalier de pierre entre les hautes colonnes de marbre rose, l’émotion de ces hommes, exilés de France depuis deux ans, n’avait d’égale que la mienne ».

 

Le récital de Germaine Sablon à Sabratha

Les unités de Leclerc furent ensuite transférées en septembre 1943 à Témara, près de Rabat au Maroc, où durant 5 mois, jusqu’en avril 1944, le général Leclerc forme la 2e DB (officiellement créée le 24 août 1943). Il équipe la Division avec du matériel américain et entraîne ses hommes avec l’espoir de les faire participer au Débarquement qui se prépare depuis l’Angleterre.

 

Pierre LOQUET

« A cette époque-là, j’avais été affecté comme chauffeur à la 1ère compagnie médicale, formée avec du matériel venu de Casablanca. Notre point de chute principal était Temara, QG du Patron. Ma compagnie et les deux autres étaient gérées par le 13e bataillon médical de la 2e DB. J’ai d’abord été affecté chauffeur d’un Dodge 44 équipé de postes de téléphonie sans fils sous la bâche. Nous étions deux par véhicule, le camarade aide-chauffeur était radio et moi, aide-radio ».

En avril 1944, au terme d’une traversée de 21 jours sur un navire transport de troupes, la 2e DB est transportée d’Oran en Grande Bretagne, près de Hull, où elle va suivre  un entraînement intensif dans la perspective de son Débarquement en France.

 

Pierre LOQUET

« Lorsque nous sommes montés sur le bateau, j’avais dans mon sac un petit chien, un genre de petit Ric et Rac que j’avais récupéré à Téméra au Maroc. Je l’ai lâché dans le bateau, mais le commandant des Spahis l’a fait tuer car les britanniques exigeaient une période de quarantaine de 40 jours pour les animaux et il m’a donné une punition de huit jours de prison à faire en Angleterre.

On a débarqué en Ecosse, ils n’avaient pas de prison et finalement, on m’a employé à la cuisine d’un bâtiment pour

les officiers, où j’ai effectué mes huit jours comme un roi ! On cantonnait dans les dépendances d’une église et les Américains avaient installé un système de douches en plein air. Ces Américains étaient incroyables, quand ils s’installaient dans un coin, c’était comme s’ils allaient y rester toute leur vie ! »

 

 

Le 1er août 1944, la 2e DB débarque à Saint-Martin-de-Varreville - « Utah Beach », maintenant forte de 16 000 hommes organisés en groupements tactiques, comportant deux compagnies médicales. Elle est placée sous commandement américain, aux ordres de la 3e armée US du général George Patton et du 15e Corps d’Armée du général Haislip.

 

La ville d’Alençon libérée le 12, la 2e DB poussait alors vers Argentan dans l’Orne. Pierre LOQUET, qui conduisait alors un Dodge de la colonne médicale, participa à de durs accrochages, en particulier à la Hutte dans la Sarthe, et à Ecouché dans l’Orne.

 

Au cours de la campagne d'Alsace, en Février 1945, Pierre LOQUET, grièvement blessé en sautant sur une mine à

Sélestat le 6 février, dut être démobilisé avec de graves séquelles de ses blessures (pension d'invalidité à 45%) :

 

« On était à trois dans un Dodge 6X6, avec ordre d’aller chercher du charbon dans la gare de Sélestat ; à côté il y avait un champ dans lequel se trouvaient des mines antipersonnel. Un petit fil balisait le périmètre.

En charriant le charbon ver le Dodge, on ne s’en est pas rendu compte, et on a sauté. J’ai été ramassé sur place par deux Américains, puis opéré grâce à un accord médical entre le Patron et les Américains pour soigner les grands blessés ».

 

Pierre LOQUET est titulaire de la Médaille d'Outre-Mer avec agrafe Tunisie ; de la Médaille militaire avec attribution de la Croix de guerre 39-45 avec palme ; de la médaille commémorative française de la guerre 39-45 avec barrettes "Engagé volontaire" , " Afrique" et  Libération"

 

APRES LA GUERRE...

 

Pierre LOQUET : « J’ai été volontaire pendant 25 ans environ à Versailles pour porter le Drapeau F.F.L., en souvenir de nos deux grands Généraux : De Gaulle et Leclerc. A la disparition du Patron Leclerc, sa dame, au fil des années, venait à l’enterrement de nos simples camarades, et je me souviens, « sans publicité », en serrant la main des porte-drapeaux présents ! Pour moi, c’était la Première Dame de France !  

 

Dans ma tête, il y en avait d’autres : en premier, les Rochambelles de Rabat, environ 25, Leurs véhicules étaient stationnés au champ de course, à côté de nous.

A ce jour, à la Fondation de la Maison des Anciens de la 2e DB, nous avons encore Raymonde Jeanmougin, 93 ans je crois, Grande Valeur à mes yeux !  Tâchons de la garder le plus longtemps possible ! » J’ai pris ma retraite en 1989, direction Normandie où j’ai rejoint la section 2ème DB du Havre...

 

 

Pierre LOQUET, entretien 2016 pour l'Odyssée des Français Libres du Havre

Septembre 2016 - Cérémonie d'inauguration

du Rond-Point de la 2e DB à Octeville

Le général Bruno CUCHE et Pierre LOQUET

Pierre Loquet à droite de  Clément Adde

Ressources

 

Dossier Résistant  au SHD de Vincennes : cote GR 16 P 376 581