LE BLANC Raymond (1914- 1942)  FAFL            RAF                                                                    Mort pour la France

Copyright Geoffroy Platel

Remerciements à Geoffroy Platel, petit-cousin de Raymond Le Blanc ( R. Le Blanc était le cousin de sa grand-mère)

Né au Havre le 6 décembre 1914, Raymond LE BLANC était de mère anglaise. Son Père fut grièvement  blessé puis rapatrié dans un hôpital militaire à Honfleur durant la 1ère Guerre mondiale.

Raymond Le BLANC intègre une formation de pilote dans l’Armée de l’Air,  à l’école d’Istres en 1936.

Copyright Geoffroy Platel

Copyright Geoffroy Platel

Lorsque survient l’Armistice de Juin 1940, il se trouve en Angleterre et s’engage en Juillet  comme bombardier  dans la Royal Air Force, avec le grade de sergent. 

Cap Badge  de la RAF et  insigne d(Air Gunner (mitrailleur) portés par Raymond Le Blanc. Cependant, il était officiellement Air Bomber (celui qui vise et qui lache les bombes).

Copyright  photos et commentaire : Geoffroy Platel

Le sergent LE BLANC trouve la mort à 27 ans, le 16 juin 1942 lors d’un vol d’entrainement sur un short stirling (serial N.6088), au Nord-Est de Redford dans le Nottigamshire, 

avec les 6 autres membres britanniques de l’équipage : Captain Roy Scansie, sergeants Broadbridge, Morris, Robinson et Smith, ainsi que les Flight sergeants Johnson et Tomlinson.

Il fut inhumé à Finningley en Angleterre.  Geoffroy Platel nous a communiqué des photographies de l'inhumation des membres de l'équipage. Il s'agit d'un fait rare car, étant donné les nombreuses pertes de la RAF à l'entraînement ou au combat, les autorités se faisaient discrètes sur ces événements afin de ne pas affecter le moral des Aviateurs.

Copyright Geoffroy Platel

Copyright Geoffroy Platel

Copyright Geoffroy Platel

Le 18 Juin 2017 lors de la commémoration de l'Appel, Geoffroy Platel (à droite de Claude Rosa, pilote des FAFL), porte le portrait de Raymond Le Blanc

Ressources

 

Bien que n’ayant pas été enregistré dans les Forces Aériennes Françaises Libres, le Colonel Henry Lafont, a estimé que son nom devait figurer dans le Memorial des FAFL, « Aviateurs de la Liberté ».