LASSABLIERE Maurice (1919-?)          Leclerc/2e DB                                              RTST, RMT

Tous nos remerciements à Denis Lassablière, son fils.

© Denis Lassablière

 Maurice LASSABLIERE est né le 13 Avril 1919 à Harfleur.

 

« Maurice envoie ses amitiés à son père, son frère Lucien et sa famille de la Mare-au Clerc et de Notre-Dame. Il est en excellente santé ».

C’est par ce message, passé à la BBC le 9 septembre 1941, que sa famille au Havre, sans nouvelles de lui, apprendra que Maurice LASSABLIERE, avait rejoint le général de Gaulle.

Appelé à faire son service militaire fin 1938, il avait été affecté en Algérie et y avait été maintenu pendant la drôle de guerre et la débâcle de 1940. Nommé caporal, il embarque en 1941 au Maroc pour les Antilles françaises.

Au large de celles-ci, son bateau est intercepté par la flotte britannique et Maurice est interné à Trinidad, dans les Antilles anglaises. Immédiatement il demande, et obtient au bout d’un mois, de rejoindre les FFL. Il signe son engagement à Port-of-Spain (Trinité-et-Tobago), le 23 Juin 1941.

Embarqué le 11 Juillet, il rejoint par le Canada le camp de Camberley en Angleterre. Dès le 29 Août, engagé au sein du Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad, il part pour l’Afrique et atteint Pointe Noire le 2 octobre 1941, embarqué sur le ?? . Puis ce sera Brazzaville, Bangui, et enfin, au Tchad, Fort-Archambault et Faya Largeau, où il rejoint la Force Leclerc le 4 Juin 1942.

Faya-Largeau © Denis Lassablière

La Guerre du Désert - Les campagnes du Fezzan (février 1942 - Janvier 1943)

 

Koufra avait été l’objectif numéro 1 désigné par le général de Gaulle, il restait maintenant à préparer l’offensive sur le second objectif, le Fezzan.

En Cyrénaïque, le général britannique Wavell s’approche de Benghazi ; les éléments de la nouvelle colonne Leclerc quittent Faya-Largeau pour Zouar le 4 décembre 1941.

Mais le général Rommel est arrivé depuis quelques mois en Tripolitaine à la tête de l’Afrika Korps : il lance une contre-attaque, refoulant la 8e Armée britannique vers Bir Hakeim.

Leclerc décide alors d’exécuter une première action sur le Fezzan - dont l’étendue est environ celle de la France entière, en effectuant une série de patrouilles et de coups de main. La première campagne du Fezzan commence le 17 février 1942. La colonne Leclerc est alors forte d’environ 600 hommes répartis sur une centaine de véhicules.

 

A la fin de l’été 1942, la situation de la 8e Armée, commandée par le général Montgomery, s’est améliorée : la Cyrénaïque est conquise, et il est convenu que les troupes françaises de Leclerc déboucheraient de Uigh el-Kebir vers le nord, dès que les Britanniques auraient dépassé El Agheila.

Le 13 novembre 1942, le général Leclerc donne son idée de la manoeuvre : les troupes du Tchad seront aux ordres du colonel Ingold ; puis il précise l’énumération des moyens rassemblés au Tibesti pour la conquête du Fezzan. On retrouve les deux Compagnies de Découverte et de Combat, les 3 groupes nomades - GNB, GNT, et GNE motorisé, quatre sections d’artillerie et quatre compagnies automobiles, un groupe sanitaire, deux pelotons d’auto-mitrailleuses et le Bataillon de Marche n° 1 commandé par le commandant Massu.

 

Le caporal Maurice LASSABLIERE, qui avait rejoint Faya-Largeau le 4 juin 1942, participe à cette seconde campagne de la colonne Leclerc.

Les départs s’échelonnent entre les 16 et 24 décembre 1942, organisés en trois groupements : le groupement de Découverte et de Combat du capitaine Geoffroy, celui du groupement du lieutenant-colonel Dio pour l’action principale et enfin, le groupement du lieutenant-colonel Delange, avec le Bataillon Massu et 4 pièces d’artillerie.

Le 22 décembre 1942, Uigh el-Kebir est occupé et s’organise en base opérationnelle, aux ordres du commandant Vézinet. Le 26 décembre, Gatroun est canonné par des éléments du groupement M.

Du 26 décembre au 1er janvier, le groupement Dio, qui marche sur Umm el- Araneb (Oued aux lapins), est attaqué par des avions allemands Heinkel et rencontre avec succès une compagnie saharienne.

Dès le 1er janvier 1943, le groupement Geoffroy occupe

le village et l’ancien poste d’Umm el-Araneb. Le siège des nouvelles positions italiennes est décidé avec harcèlement par des patrouilles à pied et des tirs d’artillerie. Le 4 janvier, les Italiens capitulent, abandonnant 200 prisonniers, 10 canons, 20 mitrailleuses et des mortiers.

 

© Denis Lassablière

© Denis Lassablière

Du 1er au 6 janvier 1943, c’est ensuite le GNT qui fait le siège de Gatroun, où le même scénario se reproduit : occupation de l’ancien poste et reddition, le 6, de la position fortifiée.

Partie d’Umm el-Araneb, la 2e compagnie de Découverte et de Combat s’empare de Brack le 6 janvier. Le 8, c’est la compagnie Guéna, du Bataillon Massu, qui occupe Mourzouk.

La garnison, partie vers le nord, est repérée par l’avion du lieutenant Jean Mahé de l’escadrille Bretagne, qui atterrit et fait 110 prisonniers. Le même jour, le lieutenant-colonel Delange entre dans le fort de Sebha qui a été incendié par l’aviation. A ces opérations de soutien aérien aux forces du général Leclerc au Fezzan participe le havrais Guillaume QUESNEL.

 

Le 12 janvier 1943, le général Leclerc put affirmer dans un communiqué que la conquête du Fezzan était terminée…

 

A Témara (Maroc), le caporal Maurice LASSABLIERE, comme ses camarades FFL du RTST, fut versé au Régiment de Marche du Tchad (RMT) qu’il ne quittera plus. Il est affecté à la Compagnie Hors  Rang (CHR) du 1er Bataillon, avec le grade de caporal-chef.

 

La 2e Division Blindée, d’Utah Beach à la Libération de Paris (1-24 août 1944)

 

En avril 1944, au terme d’une traversée de 21 jours sur un navire transport de troupes, la 2e DB avait été transportée d’Oran en Grande- Bretagne, près de Hull, où elle avait suivi un entraînement intensif dans la perspective de son Débarquement en France.

Au Régiment de Marche du Tchad - RMT, régiment d'infanterie mécanisée constitué en 1943 à partir des personnels métropolitains du Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad (RTST)  servent les soldats havrais  Paul LEBALANGER, Georges PIEL et Adrien TOCQUEVILLE, les sergents Pierre BERNICOT et Valentin PATTAR, le caporal Maurice LASSABLIERE, l' adjudant Maurice JORET, le sous-lieutenant Maurice BUYS et le lieutenant Georges MORIN.

 

Ainsi que le rappelait le commandant J. Begin, président de la section du Havre de la 2e DB, dans son allocution lors du décès en novembre 1993 de Maurice LASSABLIERE :  « Citer les combats auxquels il participe alors sera raconter l'itinéraire de la 2e DB : La Haye-du-Puits, La Hutte, Alençon et Carrouges en Normandie. Paris avec Longjumeau, la Croix-de-Berny, la gare Montparnasse, le Bourget et Gonesse ».

La 2e DB libère Strasbourg (23 novembre 1944)

 

Les troupes françaises étaient arrivées en Alsace juste avant

le début de l’hiver. En novembre, après avoir percé à Badonviller, la 2e DB entre en Alsace, prend Saverne, puis Phalsbourg et finalement libère Strasbourg le 23 novembre 1944.

Aux combats difficiles s’ajoutent la rudesse d’une météo particulièrement mauvaise.

Après la Libération de Strasbourg, un message du commandant Leclerc - l’Ordre du jour n° 73, fut distribué à tous les hommes de la Division.

Le caporal-chef Maurice LASSABLIERE conserva toute sa vie ce document dans son portefeuille.

 

© Denis Lassablière

Suite aux combats pour la Libération de Strasbourg, les Etats-Unis décorèrent la Division de la prestigieuse Presidential Unit Citation, dont Maurice Lassablière reçut l’attestation personnelle.

© Denis Lassablière

Ressources

 

Dossier Résistant SHD Vincennes GR 16 P 340324

 

In Memoriam Maurice Lassablière. Archives Denis Lassablière.