JULIARD Louis, alias Petit-Louis  (1899- ?) Résistance                                                Réseau Saint-Jacques

Louis JULIARD (orthographié Julliard dans certaines archives) est né le 15 octobre 1899 au Havre.

 

Commerçant au Havre (au café de la gare), il intègre le Groupement Jean (Andréani) en 1940.

 

En décembre 1940, le groupement Jean est dit fusionné au Réseau Saint-Jacques, en tant que  sous-réseau  Nardan.

Ce sous-réseau aura une activité ininterrompue jusqu'à la Libération, malgré l'arrestation de son chef le lieutenant-colonel Brunau.

 

Louis JULIARD est intégré au réseau Saint-Jacques en Mars 1941, avec le grade d'agent P1.

 

Il participe  à l’évasion de prisonniers français et à la transmission de renseignements militaires au Réseau. Il  aide à la désertion de soldats allemands, à la  fourniture de faux papiers aux évadés et réfractaires et aux vols d’armes et de munitions.

 

Il prend  part activement à la Libération du Havre en Septembre 1944, cité dans les archives du Groupe Jean (Andréani) pour les opérations du 11 Septembre : 

 

"Le sergent JULLIARD, avec 18 hommes, a assuré la sécurité du secteur compris entre la gare et la rue Aristide Brand, a fait 15 prisonniers, et  a empêché en outre que l'ennemi fasse sauter un dépôt de munitions ainsi que l'usine électrique".

 

Il est cité à l’Ordre du Corps d’Armée par Ordre général N° 348 du 18 juillet 1945, qui comporte l’attribution de la Croix de Guerre avec Etoile de Vermeil.

« Chef de Secteur d’un dévouement et d’une bravoure remarquables, volontaire depuis février 1941 pour exécuter les missions les plus périlleuses. N’a  cessé pendant plus de trois ans à harceler l’occupant par des coups de main les plus audacieux à la tête d’un groupe franc qu’il avait formé.

A réussi en 1942 à faire déserter plusieurs soldats allemands, à les garder chez lui, et enfin à les utiliser. S’est particulièrement signalé en septembre 1944, dans les combats de la Libération de la Ville du Havre en attaquant en plein jour et en réussissant à s’emparer du dépôt d’armes et de munitions que les Allemands avaient installé en plein centre de la ville. A capturé avec son groupe une centaine d’ennemis avant l’entrée des Troupes anglaises au Havre ».

Ressources

 

Dossier Résistant au SHD de Vincennes  (non consulté) : cote GR 16 P  314 297 

 

Dossier aux Archives départementales de Seine Maritime (consulté)

 

Archives du Groupe Jean Andréani (SHD) (consultées)