BROSSARD Jack  (1920- ?)  FAFL                     SAS Parachutistes

Nous recherchons une photographie de  Jack Brossard. Remerciements à David Portier pour ses informations (fflsas.org)

Jack Albert Auguste BROSSARD est né le 21 septembre 1920 au Havre. 

 

Il s'évade de  France par l'Espagne le 13 Décembre 1942. Il est libéré le 27 Avril 1943 et  rallie les FFL à Londres le 14 août.  Il  s'engage dans les FAFL avec le matricule n°36 084 et est affecté au 1er Bataillon d'Infanterie de l'Air.

 

Après avoir obtenu son brevet de parachutiste à Ringway, il 

est affecté au 2e squadron du 4e SAS. Tout comme le Havrais Pierre RUFENACHT

 

OPERATIONS EN BRETAGNE AUTOUR DU DEBARQUEMENT DU  6 JUIN 1944

 

La base SAMWEST est constituée à  partir du 6 juin 1944 dans les bois de Duault dans les Côtes-du-Nord, près de Callac.

Deux sticks précurseurs sont parachutés dans la nuit du 5 au 6 juin tandis que d'autres éléments du bataillon, dont le 2ème squadron du Capitaine Leblond, auquel appartient Jack BROSSARD, sont largués successivement à  partir du 9 juin.

En effet, dans la soirée du 9 juin, les hommes rejoignent le terrain situé près de la base de Fairford. Les SAS embarquent à bord de trois Stirling du 620 Squadron et décollent à partir de 00h30 le 10 juin.

 

La base Samwest établie, rapidement, le contact est pris avec les paysans et une DZ est désignée. Il s'agit d'un terrain d'une dizaine d'hectares situé à Kerprigent en Locarn. Les renforts peuvent arriver.

 

Le capitaine Leblond prend le commandement des opérations et la responsabilité de la base Samwest.

Aussitôt, les SAS commencent la distribution des armes et débutent la formation des patriotes.

 

Mais dans la soirée du 11 juin, une voiture allemande égarée arrive à la ferme de Ker Hamon. L'ennemi découvre alors la présence de parachutistes et de maquisards. L'alerte est donnée et au matin du 12 juin, un important détachement commence à encercler la forêt de Duault. 

 

Les premières patrouilles ennemies sont décimées et les SAS ne lâchent pas un pouce de terrain. 

En fin de journée, afin d'éviter l'encerclement et conformément à leur mission, les SAS doivent rompre le combat et se replier à la faveur de la nuit.

 

Ainsi, le capitaine Leblond et une quarantaine d'hommes parviennent à rallier la base Dingson près de Sérent. Une trentaine de SAS reste dans le secteur de Peumerit-Quintin et, en relation avec l'équipe Frederick, les parachutistes servent d'instructeurs aux maquisards. Enfin, quelques groupes sont récupérés en chemin par le Lt Déplante qui constitue dans la région de Pontivy la base Grog.

Les blessés sont finalement évacués par les maquisards au matin du 13 juin et conduits vers la ferme de Kerchariou où ils sont soignés et ravitaillés.

Le capitaine Botella se charge alors d'organiser les actions de la résistance et des SAS dans le secteur en relation avec l'équipe Frederick. un maquis est monté à Coët-Mallouen et début Juillet débute l'instruction de patriotes autour de Guingamp. Début août, les SAS et les maquisards libèrent ensemble ce secteur des Côtes-du-Nord.

 

DECEMBRE 1944 : OPERATION FRANKLIN DANS LES ARDENNES BELGES

A l'aube du 16 décembre 1944, les Allemands lancent une offensive d'envergure dans les Ardennes belges.
Surpris, les Américains abandonnent du terrain. Tandis que la 101st Airborne américaine rejoint rapidement Bastogne, les parachutistes SAS français qui se trouvent au repos en Champagne sont placés en état d'alerte.

Finalement, le 24 décembre, le 4ème SAS / 2ème RCP reçoit pour mission de colmater une brèche et de s'établir en défensive. Le commandant Puech-Samson regroupe rapidement une vingtaine d'officiers et 175 hommes.
Leur  mission est d'opérer en renfort dans les Ardennes belges : de ombler des brèches dans le dispositif et d'effectuer des patrouilles afin de situer les positions ennemies.

Au matin du 25 décembre, le bataillon atteint Bertrix et installe son PC avant de lancer tout de suite des patrouilles

pour sonder les positions ennemies.

 

Le capitaine Déplante commande le squadron de combat  de qui comprend deux troops placés sous les ordres des lieutenants Mairet et Legrand.

Jack BROSSARD figure parmi les hommes du squadron de combat, à la Troop B, Platoon 2. Au même moment, Pierre RUFENACHT de son côté, est affecté à la Troop A, Platoon 1.

 

Les troops opèrent à tour de rôle et effectuent les missions de renseignement et les patrouilles ou assurent la protection du secteur de Bertrix.

Le 26 décembre, le peloton Taylor patrouille vers Wellin puis effectue une reconnaissance de Tellin. Dans le même temps, d'autre SAS partent en direction de Hatrival, Belvaux, Val de Poix, Smuid, Wavreille. Au matin du 11 janvier, le S/Lt Raufast et ses hommes entrent dans Saint-Hubert. Le même jour, le peloton du S/Lt Maurice Richard effectue une patrouille et tente de recueillir des renseignements autour d'Hatrival. Le 12 janvier, le peloton Cochin atteint après une longue marche de nuit la barrière de Champlon.
Les jours suivants, les reconnaissances se poursuivent vers Houffalize, Limerlé, Steinbach puis Hautbellain et le Luxembourg.

Le bataillon est relevé le 25 janvier et rentre en Champagne. Au cours de cette mission, le 2ème RCP aura perdu deux tués, vingt-quatre blessés et vingt-deux malades notamment pour des gelures importantes. (1)

Ressources

 

Dossier Résistant au SHD de Vincennes (non consulté) : GR 16 P 92649

 

(1) Les informations rattachées à Jack Brossard et présentant les opérations de Juin 1944 en Bretagne et de Décembre 1944 dans les Ardennes Belges sont issues du site FFlsas.org  LIEN

 

Page sur le site Françaislibres.net LIEN