BON-MARDION Georges (1921-2008 ) FNFL    Marine Marchande                                                Cargos Daphné II et Egée

Nos remerciements à son fils Christian Bon-Mardion

Crédit photo : Christian Bon Mardion

Georges BON MARDION est né dans le 8e arrondissement à Paris le 9 juin 1921.

 

Officier radio de Marine marchande, il navigue à bord du cargo Daphné de la Société Navale Caennaise qui assure le transport de charbon entre Caen et Newcastle, lorsque ce dernier se trouve réfugié à Grangemouth lors de l’armistice.

Saisi par les Anglais, le navire reprend le combat avec un équipage FNFL que rallie Georges BON-MARDION le 17 juillet 1940.

 

Renommé Daphné II, ce cargo sera mitraillé 28 fois par les forces ennemies au cours de ses traversées durant la guerre.

Georges BON-MARDION sert toujours à bord du Daphné lorsque ce dernier est torpillé en Mer du Nord par une vedette lance-torpilles allemande.

 

Le Daphné II - CP: navale.pagesperso-orange.fr

 

 

Le 4 juin 1941, il embarque sur l’Egée avec le même commandant, Le Louarn, ainsi que les mêmes officiers et le même équipage, à quelques éléments près.

Ils subissent de très violents bombardements, par avion, en mer et à Londres.

Le cargo Egée - Fondation de la France Libre

Crédit photo : Christian Bon Mardion

Georges BON MARDION participe au Débarquement en Normandie sur l'Egée qui, à partir du 12 juin 1944, transpor­te des munitions à Omaha Beach, Utah Beach et Arromanches.

 

Il achève en avril 1945 à Cherbourg, une campagne de guerre longue de 5 ans, 8 mois et 7 jours.

 

Crédit photo : Christian Bon Mardion

 

Georges BON MARDION a ensuite poursuivi sa carrière comme officier, puis chef radio, sur les paquebots de la Transat,  devenant même le dernier chef du service radio du « France » en 1974.

Crédit photo : Rêve de France

Une anecdote : lors de la mutinerie du paquebot France à l'été 2014, Il refuse de participer au mouvement alors mené par un autre Français Libre, l'ex Commando Marcel Raulin...

Georges BON MARDION était titulaire de la Croix du Combattant avec étoile de vermeil, de la Croix du Com­battant Volontaire de la Résis­tance, de la médaille de la Fran­ce Libre et, en 1976, de l'insigne de chevalier du Mérite Maritime.

En 1976, lors de la remise au Havre

de l'insigne de chevalier du Mérite Maritime

Crédit photo : Christian Bon Mardion

Georges BON MARDION est décédé au Havre le 1er juillet 2008.

Ressources

 

Dossier  Résistant au SHD de Vincennes (non consulté) : Cote GR 16 P 69506