AUZOU Bernard  (1923 - 1999) FNFL                  Marine de Guerre                                    Torpilleurs Ouragan, La Melpomène, Frégate La Combattante

Bernard AUZOU est né  le 14 Novembre 1923 au Havre.

Il s'engage dans les Forces Navales Françaises Libres en Février 1941, affecté à la Marine de Guerre.

Il sert sur les torpilleurs Ouragan et La Melpomène avant de rejoindre la Frégate Destroyer La Combattante.

Frégate La Combattante - Copyright Fondation de la France Libre

La triste fin de la Combattante, le 24 Février 1945

Amiral Jacques Zang : 

" Du 24 janvier au 10 février, avec la frégate Croix de Lorraine, La Combattante séjourne à Brest, ô combien sinistrée, pour permettre à leurs hommes de reprendre contact avec leurs familles, dont beaucoup sont séparés depuis nombre d'années.

A son retour dans le Nore Command quelques jours dans les approches de l'Escaut (où S-Boote et sous-marins de poche allemands sont actifs) puis sur la route de la côte Est.

Elle est à quai à Immingham, port charbonnier de la rive droite de la Humber - construit entre les deux guerres par des Français - lorsqu'elle reçoit le 23 février ses ordres pour la nuit : avec 2 vedettes rapides de la flottille de Great-Yarmouth, patrouiller à l'extérieur - c'est donc qu'il est miné - côté large d'un tronçon d'une vingtaine de milles du chenal. Une première.

Au rendez-vous fixé - la mer est belle - le commandant fait accoster les MTB 763 et MTB 770 pour convenir avec leur commandants d'une tactique en cas de rencontre de S-Boote, et d'un court exercice immédiat. Celui-ci terminé elles prennent ligne de file dans ses eaux à petite vitesse lorsqu'à 23h45 par fonds d'une dizaine de mètres une violente explosion la coupe en deux sur l'arrière de la cheminée.

Ce sont 65 marins français dont 3 officiers et 2 anglais, qui trouvent la mort. Les 2 MTBs débarquent 117 survivants à Immingham le matin du 24" (1).

Le  quartier-maître chauffeur Bernard AUZOU fait partie des rescapés, dans les conditions dont il témoigna pour Eddy Florentin : 

" (...) Bernard Auzou, qui ne sait pas nager et qui s’est retrouvé dans le mazout, certes doté d’un gilet bouée, se considère « sauvé par le matelot canonnier Dominique Vogba : le maître d’hôtel mulâtre au service du mess des officiers m’accroche dans le filet de fer du Motor Torpedo Boat où il grimpe à mes côtés.» (2)

En revanche, le maître François LE GARS, du Havre, disparait dans la tragédie.

Bernard AUZOU est décédé le 20 mai 1999 à Fécamp (76).

Ressources

 

Dossier Résistant au SHD de Vincennes (non consulté). Cote GR 16 P

 

Matricule : 4764 FN41

 

(1) Historique de La Combattante par Jacques Zang. Publié sur le site Alamer LIEN

 

 

(2) Les rebelles de La Combattante,  Eddy Florentin. Flammarion, 1998.

 

 

De nombreuses photographies de La Combattante sont diffusées sur le site Grieme Lien